Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fluoruration - Revue de presse - Province de Québec

Contrer la carie autrement que par la fluorure
par Ève-Marie Arcand - Dentiste

En tant que dentiste, je m’intéresse au sujet de la fluoration depuis plusieurs années. Lorsque j’étudiais, la fluoration nous a été dépeinte comme une des meilleures mesures de santé publique de l’histoire permettant à faible coût d’avoir un impact majeur sur la carie, particulièrement chez les plus démunis. Après analyse du sujet, je constate que la science est interprétée différemment selon notre orientation et que la position des opposants repose sur de nombreux arguments scientifiques valables.

 

Pour qu’une carie se forme, il faut la combinaison de bactéries cariogènes et de sucres. Les bienfaits du fluor sont principalement topiques (par application sur la surface des dents). Puisque l’eau que nous buvons ne touche que très peu la surface des dents, cet effet est discutable en comparaison de celui d’un dentifrice qui est appliqué sur les dents plus longtemps pour ensuite être craché.

Est-il vraiment nécessaire d’avaler un produit dont un des mécanismes d’action est de neutraliser ou tuer les bactéries de la plaque dentaire ? Les tenants de la fluoration estiment qu’il est bon d’avaler une petite quantité de fluorure durant la formation des dents (entre 0 et 8 ans principalement) pour favoriser l’incorporation de fluor afin de les rendre plus résistantes à la carie.

Mais attention, un excès durant cette période critique occasionnera une fluorose dentaire, défaut caractérisé principalement par des taches blanches. Bien que la majorité des fluoroses qui sont rencontrées soient des formes légères qui peuvent occasionner un problème esthétique à certains patients, il y a des cas plus importants où non seulement le patient est presque toujours préoccupé par l’aspect de ses dents, mais ces dernières peuvent être plus poreuses et plus susceptibles à la carie.

Il faut donc être extrêmement prudent avec le fluor ingéré. Les instructions sur les tubes de dentifrice avisent de ne pas avaler ce produit. La grosseur d’un pois de dentifrice contient la même quantité de fluor qu’un verre d’eau fluorée. Dans les villes à l’eau non fluorée, la fluorose existe déjà (comme quoi on peut être en surdosage sans même boire de l’eau fluorée), mais, sans surprise, elle est nettement plus fréquente dans les villes fluorées.

Il tient de la pensée magique de croire que la fluoration va opérer des miracles sur les enfants les plus touchés par la carie. S’ils ne se brossent pas bien les dents et qu’ils consomment trop de sucre, ils souffriront de carie dentaire, fluor ou pas.

Voici des propositions pour réduire la carie que j’ai présentées à la commission parlementaire :

  • Inclure les scellants de puits et fissures dans la couverture de la RAMQ. Ces parties des dents sont les plus vulnérables à la carie. Certains patients les laissent non scellées, car ils n’ont pas les moyens d’agir en prévention;

  • Offrir un remboursement RAMQ pour les obturations en composite. Pour les dents postérieures, les restaurations couvertes par la RAMQ sont les amalgames contenant environ 50 % de mercure. Un nombre croissant de dentistes le délaissent par précaution;

  • Identifier les enfants les plus affectés par la carie et offrir des programmes d’éducation ciblés;

  • Contrôler la qualité de nourriture servie dans les écoles. Le ministère pourrait exiger des menus moins cariogènes;

  • Promotion de la saine alimentation. Plutôt que de promouvoir la fluoration, pourquoi ne pas promouvoir de saines habitudes qui contribuent à une bonne santé générale ? Le ministère a évoqué la possibilité de fluorer les aliments. Cela est tout aussi discutable, car on traite sans discernement et sans maximiser l’effet topique. Il revient aux professionnels de la santé de prescrire des suppléments à usage topique, en présentant les avantages et les inconvénients.

Source: Ève-Marie Arcand, dentiste, 10 juillet 2013

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 11 décembre 2013

  Pour faire parvenir ce texte à d'autres : 

 

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet: