Retour à:  Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fluoruration  - Éditorial de JosPublic

Fluorure dans l'eau potable: après 65 ans de débat, l'Ordre des dentistes se ridiculise

En 2015, voilà que le président de l'Ordre des dentistes du Québec enfourche sa bicyclette à une roue pour nous faire le tour de piste du cirque dirigé par la Santé Publique du Québec. Tout cela au moment où de plus en plus de citoyens et citoyennes se tournent vers l'eau de source ou d'esker en bouteille pour mieux éviter les produits chimiques que l'on retrouve dans l'eau dite potable. Voilà que l'Ordre des dentistes se lance dans la promotion d'additifs chimiques dans l'eau d'aqueduc qui nous arrive au robinet. C'est avec un aplomb ridicule qu'ils plombent leur réputation. Ci-dessous, les arguments des uns et des autres.

 
 
 

Débat sur la pertinences de la fluoruration de l'eau potable au robinet

 
 

Ordre des dentistes

Gouvernement et Santé publique du Québec

Coalition québécois pour une gestion responsable de l'eau - Eau Secours!

Barry Dolman

Dr Horacio Arruda

Martine Châtelain

Les dentistes veulent la fluoration de l’eau pour combattre la carie

Les enfants québécois ont 40 à 50 % plus de caries que les autres enfants nord-américains là où l’eau est fluorée, selon le gouvernement.

De l’argent jeté à l’eau

Après plus de 60 ans de débats, le président de l’Ordre des dentistes dénonce l’inaction du gouvernement québécois dans le dossier de la fluoration de l’eau, une mesure qui permettrait de réduire jusqu’à 40 % les cas de carie dentaire.

«Qu’est-ce qui se passe au Québec? On veut des enfants avec des caries? Il n’y a pas de logique du tout», déplore Barry Dolman, président de l’Ordre des dentistes du Québec.


« Solution facile »


«C’est le temps de prendre des décisions. Il y a une solution facile, ça prend juste de la volonté politique», ajoute-t-il.


Dans son dernier éditorial de la revue de l’Ordre, le Dr Dolman écrit que les Québécois se font «enfirouaper» par des groupes non crédibles qui s’opposent à la fluoration de l’eau. «Je suis de plus en plus inquiet de voir que notre société est incapable de prendre des décisions appuyées sur des bases scientifiques, pour la simple raison que le public est incapable de faire la distinction entre des données qui s’appuient sur la rigueur scientifique et des propos anecdotiques ou véhiculés par des personnages sans crédibilité ni connaissances.»

Dr. Dolman a récemment rencontré le Dr Arruda à ce sujet pour ramener le dossier à l’ordre du jour.

«Tous ces coûts peuvent être effacés par un plan d’action qui donne des résultats concrets», insiste le Dr Dolman.

 

En fait, le gouvernement est favorable à cette mesure, mais il délègue la décision aux municipalités. En 2015, seulement cinq villes fluorent leur eau dans la province.
 

Loin de l’objectif


Interrogé à ce sujet, le Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec, avoue que ce résultat est loin de l’objectif. «Si je suis satisfait? La réponse est non», indique le Dr Arruda.

«C’est le dossier où l’on performe le moins par rapport à ce qu’on voudrait atteindre comme objectif», ajoute-t-il, bien qu’il refuse de dévoiler un taux visé.

Pourtant, le ministère de la Santé (MSSS) indique que cette mesure réduit de 20 à 40 % la carie dans la population.

Le MSSS ajoute que les enfants québécois ont de 40 à 50 % plus de caries que les autres enfants nord-américains, où la fluoration de l’eau est répandue à 70 %.
 

Des économies


Toujours selon le MSSS, chaque Québécois économiserait 80 $ en frais de dentiste par année grâce à la fluoration de l’eau. Cet impact toucherait sans doute davantage les gens défavorisés.

Malgré tout, le Dr Arruda ne croit pas que la fluoration doit devenir obligatoire.

«Mais ça ne veut pas dire que les municipalités sont laissées à elles-mêmes. On n’est peut-être pas assez agressifs en termes d’information.»

«On n’a pas lancé la serviette», assure le docteur Arruda, directeur national de la santé publique du Québec.

La fluoration de l’eau est l’équivalent d’imposer un médicament à toute une population, déplore la coalition Eau Secours!.

«Après, ce sera quoi? Si on met du fluor, pourquoi pas du Prozac pour soigner les humeurs?» questionne Martine Châtelain, présidente de la coalition.

«Une fois que c’est dans l’eau, tu n’as plus le choix. Tous les gens pour qui c’est contre-indiqué [le fluor] de la boire, ils font quoi? Ils achètent de l’eau en bouteille?» poursuit-elle.

Lumières rouges

Ouvertement opposée à la fluoration de l’eau potable, la Coalition s’appuie sur plusieurs études scientifiques récentes qui montrent que cette mesure n’est pas souhaitable.

«Il y a suffisamment de lumières rouges pour qu’on arrête ça», ajoute-t-elle.

Outre les risques pour la santé et l’environnement, Mme Châtelain souligne qu’on consomme seulement 1 % de toute cette eau.

«Le reste sert à laver notre linge et nos autos, ou à faire pousser nos légumes, dit-elle. C’est carrément jeter de l’argent à l’eau.»

Au cours des dernières années, la Coalition qui regroupe 230 organismes différents a aidé plusieurs mouvements citoyens qui souhaitaient abolir ou interdire la fluoration dans leur municipalité.

Depuis 2000, 17 villes se sont positionnées contre cette mesure au Québec.

S’attaquer au sucre

Par ailleurs, Mme Châtelain souligne qu’il existe plusieurs autres moyens de réduire la carie dentaire.

«Le sucre est la vraie base des problèmes de carie dentaire. On pourrait aussi étendre la gratuité du dentiste pour les enfants jusqu’à 18 ans», suggère-t-elle

 

 

«

Chaque Québécois économiserait 80 $ en frais de dentiste par année grâce à la fluoration de l’eau
                                 Ministère de la Santé du Québec

»
Éditorial sans langue de bois
Texte par JosPublic

Je ne reprendrai pas ici tous les arguments déjà évoqués par les groupes de défense de la santé corporelle et ceux de la défense de la qualité de l'eau.
Mais pour bien comprendre l'absurdité prônée par l'Ordre des dentistes et de la Santé publique du Québec, il faut savoir que plus de la moitié de la population québécoise de 18 ans et plus porte une prothèse dentaire (ce chiffre passe à 78 % chez les 55 ans et plus ( 01 ).

Alors les économies évoquées de 80$ par personne en frais de dentiste si on fluorure l'eau sont une supercherie. Pour le moment les pauvres payent la fluoration dans leur loyer mensuel, car il n'y a pas un propriétaire qui paie lui-même les taxes de sa maison à revenu. Donc les pauvres n'économiseront rien, car ils ne vont pas chez le dentiste. Comment faire, si tu gagnes le salaire minimum de 422$ par semaine ( 02 ) pour te faire faire un traitement de canal à 2 000$ ou payer 85$ pour un nettoyage de dents, peu importe le nombre de dents qu'il te reste dans la bouche.

C'est tout simplement trop cher et l'Ordre n'a pas le mandat de dire à ses membres de mettre le frein sur la facturation.
 
En plus il faut prendre en compte que le fluorure n'est pas approprié pour les bébés ( 03 ) donc il est déconseillé aux mères de donner de l'eau fluorée aux bébés. Ensuite sauver les premières dents d'un enfant est une pure perte puisqu'elles tomberont de toute façon.

Vu que la majorité des enfants proviennent de familles pauvres, ils n'iront pas chez le dentiste même si l'infirmière de l'école, là où il en existe encore, recommande de le faire pour sauver les autres dents. Alors de quoi parle-t-on ici sauf de la bonne conscience ou de l'ignorance de certains dentistes.

Comme le genre de débat tenu par le président de l'Ordre des dentistes et les représentants de Santé Publique Québec attaquent la crédibilité des citoyens et citoyennes qui s'opposent à la fluoruration, je vais me permettre ici d'égratigner ces pédants du diplôme.

Ces professionnels de la santé buccale n'ont habituellement rien à foutre des pauvres puisqu'ils ne peuvent s'enrichir à leurs dépens et, sauf pour quelques rares exceptions, ne militent absolument pas pour que le gouvernement implante la gratuité de l'entretien des dents pour tous, car ce serait du socialisme, ben quin!

Eux et elles qui s'incorporent pour éviter de payer de l'impôt, eux qui sont les principaux clients des spécialistes de l'évitement fiscal ( 04 ), eux qui votent majoritairement à droite, côté égoïsme du spectre politique, ils souhaiteraient ardemment, selon le président de l'Ordre des dentistes qui ne les a sûrement pas consultés, que les villes ajoutent du fluorure dans l'eau potable de tout le monde pour éviter les caries dentaires? Le président ne veut pas que ce soit obligatoire, mais veut obliger une population, si une dizaine de conseillers municipaux incompétents ou qui suivent sans se questionner les recommandations de l'Ordre des dentistes en la matière, le décident même sans consulter la population!

Si cela est si vrai que c'est bon pour les dents pourquoi n'exigent-ils pas l'obligation pour tous?

À ce sujet ne cherchez pas de réponse logique, il n'y a jamais eu de réponse claire de la Santé publique même en commission parlementaire. D'ailleurs dans une ville où l'eau est fluorée on fait quoi avec ceux qui n'ont pas l'aqueduc et qui prennent leur eau au puits artésien? Que fait-on avec ceux qui préfèrent boire de l'eau en bouteille pour éviter le chlore? Même celui qui ne boit pas d'eau se ramasse avec le fluorure lorsque la bière ou les liqueurs douces sont fabriquées avec de l'eau d'aqueduc, ce qui est presque toujours le cas.
 

 

Je trouve la théorie spécieuse voulant que les groupes qui s'opposent à la fluoration soient non crédibles comparés aux dentistes qui n'ont jamais fait d'études sur la question, qui n'ont ni laboratoire et ni le droit de prescrire un médicament à toute une population. Les dentistes prennent leur information de la Santé publique. Cette dernière prend ses informations dans le recensement d'études et ne fait pas de tests elle-même. Donc ce sont des interprètes de statistiques, pas des médecins, mais bien des actuaires de la santé.

On devrait se fier au titre de compétence des dentistes...?

On a vu ce que cela donne avec les ingénieurs, les comptables et les avocats durant la commission Charbonneau. Quelle belle protection que les Ordres, d'ailleurs les ingénieurs contestent leur Ordre qui voudrait faire plus d'enquêtes sur leur pratique ( 05 ). Tout un exemple, pour nous demander de croire que les dentistes seraient plus honnêtes que les autres! Pour ceux qui ont les moyens d'y aller, vous savez combien de fois il faut refuser la pression qu'ils font pour vous vendre la nécessité de prendre des radiographies, ce qui ajoute à la facture. Combien de fois l'Ordre des dentistes intervient-il dans la vie de ses membres et avec quelle efficacité, voilà qui devrait être sous enquête gouvernementale et de l'Office des professions?

Ce qu'il faudrait comprendre aussi c'est que le président de l'Ordre est en élection en 2015 et voilà un sujet qui lui permet de faire le jars sur la place publique. Il sait qu'avec l'austérité imposée par le Parti libéral du Québec il n'a aucune chance que le programme soit bonifié. Un programme qui ne sert qu'à 5 villes au Québec ( 06 ) et pas les plus grosses. C'est donc pour le président de l'Ordre un beau cheval de propagande électoral sans conséquence pour son organisation ( 07 ). D'ailleurs il est a parier que s'il perd ses élections ont le retrouva dans un emploi à Santé Publique du Québec.

La motivation de l'Ordre est loin d'être claire, il faudra enquêter sur le lobby de la vente du fluorure et faire campagne pour impliquer les dentistes qui ne sont pas d'accord avec l'Ordre. Nous savons qu'ils et elles ont bien d'autres solutions à proposer que la fluoruration de l'eau du robinet. ( 08 )

Le vrai problème de la santé buccale réside dans le coût prohibitif des soins dentaires pour tous.

Source: Agence de presse QMI pour Québecor inc.

Choix de photos, commentaire, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 12 juin 2015

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

01

 

Nombre de personnes portant une prothèse dentaire au Québec - Sur Novadent en ligne sur le site, le 11 juin 2015

 

Retour au texte

02

 

Salaire minimum du Québec est à 10,55$ depuis le 1er mai 2015. Pour 40 heures de travail cela signifie 422$ pas net pour 40 heures de travail.

 

Retour au texte

03

 

Fluor chez le bébé

Les nouvelles recommandations de l’AFSSAPS sur l’utilisation du fluor chez les enfants de 6 mois. Recommandation de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

 

Retour au texte

04

 
 

Retour au texte

05

 

Tensions éthiques chez les ingénieurs - Sur Le Devoir, le 11 juin 2015

 

Retour au texte

06

 

Seulement cinq villes au Québec fluorent l’eau de leur usine de filtration : Pointe-Claire, Dorval, Lévis (St-Romuald), Saint-Georges et Châteauguay. Source : MSSS. Quand à Trois-Rivières la décision est prise de fluorer l'eau, mais le conseil municipal est divisé sur la question et le débat chez les citoyens.ennes se poursuit.

 

Retour au texte

07

Élections au conseil d'administration de l'Ordre des dentistes du Québec

Retour au texte

08

Contrer la carie autrement que par la fluorure par Ève-Marie Arcand - Dentiste

Retour au texte

Retour à:  Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fluoruration  - Éditorial de JosPublic - Haut de page